DEBAT SUR LE CHEVAL BRETON suite (21/5/10)

Publié le par société d'attelage d'armor et d'argoat

Juste un petit condensé de réflexions,suite à la réunion de commission attelage des éleveurs de chevaux bretons

. schéma de sélection mâles bretons : le syndicat se préoccupe beaucoup de marques blanches, de qualité de sperme, d'état d'engraissement et d'aplombs (c'est écrit, nous serons très vigilants sur la mise en pratique de cette louable intention), mais au fait, qu'en est-il de la politique de race ? Est-ce un schéma de sélection de spermogrammes pas trop blancs, ou bien l'occasion annuelle de sélectionner des reproducteurs sur la base de critères propres à favoriser l'évolution de la race dans une ou plusieurs directions clairement annoncées et cautionnées par les syndiqués ?

. suite à la réunion de meneurs et juges à Lamballe, les remarques fusent pour fustiger la difficulté à voir accéder au podium d'autres têtes que les ténors des compétitions SHF et amateurs, j'en pense deux choses : 1 si on met en place une compétition d'utilisation dressage - maniabilité, on ne peut pas se plaindre que gagnent ceux qui le pratiquent régulièrement - 2 si on ne veut plus de ces compétiteurs sur le podium de façon systématique, on peut leur interdire la participation, ou infliger un handicap (10,15, 20 points...) aux titulaires d'une licence compétition : ça reviendra juste à niveler le niveau par le bas.

. si on veut plus de participants aux utilisations, il faut les faire venir par des incitations financières : il y a des pistes certaines pour trouver les fonds...

. si on fait évoluer les concours d'utilisation (par exemple en diversifiant les épreuves : débardage, traction, espaces verts...), il ne faudra pas se plaindre que pour chaque discipline les spécialistes de ladite discipline remportent les épreuves : alors à quand l'arrêt de la jalousie, et la compréhension par tout meneur que se frotter à plus fort que soi est une source d'émulation plutôt que de rabaissement ? C'est peut-être cet état d'esprit qui mériterait d'être inculqué.

A bientôt

Francois Boerlen

 

Je partage ton analyse.
Le poids des traditions sclérosées, permettra-t-il l'émergence d'une évolution?

Donner une chance en concours d'utilisation aux moins aguerris, sans niveller vers le bas...
Je me souviens que les meneurs ayant "faits" un podium étaient interdits de marathon à la Route du poisson...
Les handicaps ont été abandonnés en FFE.Faudra-t-il envisager 2 catégories, l'équivalant FFE d'Elite et de Préparatoire ?
D'une façon générale, il vaut mieux appliquer les recettes largement rodées (FFE) que réinventer des règlements dans son coin.

A nos chevaux !

Jean Yves Perron

 

Bonjour
Je n'ai pu participer à la réunion des meneurs Breton à Lamballe et je le regrette.Merci Francois de nous en donner un aperçu.

Je te rejoins dans tes remarques sur les concours d utilisation,mais je fais partie des meneurs "SHF".

Aussi je suggère de, comme à la finale, tempérer le test de dressage par une épreuve de traction dans chacun des concours locaux,le reglement le prévoit sans modifications et ce test peut "rattraper" les équipages faibles sur le dressage.
Se pose bien sûr la difficulté de tenir 3 tests sur 1 jour.
Kenavo
Gwenael

 

Alice partage aussi ton analyse…je vais un peu plus loin

Juste une petite suite au condensé de réflexions de Mr François Boerlen.

 

1 – schéma de sélection mâles bretons : des grands mots très professionnels pour faire quoi ? sélectionner des mâles en monte en liberté, en main … pour produire quoi ?

  • des poulains facilent à amener, à faire au moindre coût pour un élevage extensif orienté boucherie.

  • des poulains d’utilisations ??? Je souligne dans ce paragraphe différents points illogiques et approximatifs. Nous parlons ici d’étalon donc de mâles agréés par le biais des commissions d’éleveurs traditionnels. Nous savons tous que si nous présentons des mâles destinés à l’utilisation (donc rentrant dans le standard de race 1m57 pour 750 kg), ces derniers ne seront pas agréés. Comment prétendre déjà à un achat de l’IFCE (via le syndicat de race) d’étalon de 2 ans, 3 ans et 4 ans avec une « surprime » pour les résultats ? Notre seul ouverture vers l’agrément c’est le label élite à Compiègne (je précis que ce label récompense l’aptitude future des chevaux à l’utilisation, il ne faut pas faire l’amalgame avec l’ « Elite modèle élevage ».

Prenons pour exemple un mâle de 3 ans, réalisant une saison SHF, ce dernier est qualifié à la finale de Compiègne. Il sort élite. Il peut être agréer étalon, mais ne peut être présenté aux achats (problème de dâte). L’année prochaine il aura 4 ans, il ne pourra pas prétendre à la surprime…. Chercher l’astuce…

Parlons des postiers bretons ? Combien en reste-t-il ? combien sont acheté ? 1 seul en 2009 ??? Le reste en trait….politique de race…

 

2 – suite à la réunion des meneurs et juges à Lamballe, j’ai souligner une demande provenant d’utilisateurs. Ces derniers ne possèdent pas de trait breton, mais des percherons, des cobs normands… en race pure. Ils souhaiteraient participer aux concours d’utilisations en Bretagne, du fait que l’enveloppe des primes d’élevage est maintenant nationale. Pourquoi pas ? Cela augmenterait le nombre de participants (avec par exemple des frais d’engagement pour les meneurs non propriétaires bretons en faveur de l’organisateur), brasseraient et motivraient les participants pour faire évoluer le niveau ? La question a été abordé, non creusé et bloqué. La Bretagne possède un frontière. Le breton a peur de se mélanger avec d’autres races et pourtant il ne faut pas rougir. Le breton en utilisation si on le mène bien en élevage, si on le dresse bien est un excellent cheval d’utilisation. Chers administrateurs il faut vous poser la question pourquoi des particuliers achètent une autre race que la nôtre ? C’est simple, ils ne trouvent pas l’offre qu’ils recherchent ??? ils se réorientent ailleurs.

 

3 – Mais quel type de chevaux ?

Depuis plusieurs années, le syndicat veut mettre en place une grille de notation morphologiques. L’idée en soi est très bonne. J’ai posé la question durant la réunion des meneurs. Pourquoi faire cette grille ? Le but ? Améliorer quoi ? Sur quels critères ? En réponse, un grand flou amateur ?

Une grille de notation sert à un but : améliorer génétiquement la production. Rechercher des points importants au niveau morphologiques pour les améliorer dans un but précis. L’exemple le plus marquant c’est la Prim Holteins (index…).

Bref revenons à nos chevaux. Nous nous voulons des chevaux aptes à l’utilisation (sport, loisir, travail)

Deux critères importants se détachent :

  • le caractère

  • la morphologies (aplombs, jarret, longueur du dos, orientation de l’épaule…)

Chers administrateurs pensez bien à cela ?

 

4 – la participations des meneurs SHF aux concours d’utilisations. Ah……grande réflexions. Je suis d’accord sur la remarque de François concernant « la source d’émulation et plutôt que de rabaissement ». La seule chose c’est que je vais remettre la situation dans une approche historique. Au début des concours d’utilisation, les meneurs étaient dans leur majorité des éleveurs. Les croisés F2 sont arrivés. Les meneurs SHF sont arrivés. Le niveau a augmenté. Maintenant beaucoup de particuliers participent à ces concours. Ces derniers tournent déjà en SHF, ils se sont formés pour progresser. Les autres meneurs n’ont pas forcément la même idée des concours, le même état d’esprit, la même remise en question, la même ouverture d’esprit.

« Infliger un handicap » pourquoi pas ? En façon, le national de race est à la même date que Compiègne, alors….

« Si on veut plus de participants, il faut les faire venir par des incitations financières ». Pourquoi pas ? ou alors il faut que le syndicat de race utilise et valorise ces concours dans l’idée de vendre des produits d’utilisation.

Administrateurs rapprochez vous des utilisateurs, créez un syndicat des éleveurs et UTILISATEURS du cheval breton, et non pas un syndicat des éleveurs (de viandes de cheval)

Elaborer une politique cohérente, globale, professionnelle et ouverte sur l’avenir. Le statique, et le protectionnisme ne feront pas avancer notre race.

 

Alice BODET

 

Si vous avez des remarques,envoyez les moi,je les publierai à la suite

 

stéphane.delattre@neuf.fr


Publié dans infos

Commenter cet article

Gwenael 19/05/2010 11:29


Bonjour
Je n ai put participer a la reunion des meneurs Breton a Lamballe et je le regrette.Merci Francois de nous en donner un aperçu.Je te rejoins dans tes remarques sur les concours d utilisations,mais
je fais parti des meneurs "SHF". Aussi je suggere de comme a la finale de tempere le test de dressage par une epreuve de traction dans chaque concours locaux,le reglement le prevois sans
modifications et ce test peut "ratraper" les equipages faibles sur le dressage.
Se pose bien sur la difficulté de tenir 3 tests sur 1 jour.
Kenavo
Gwenael